vendredi 10 juillet 2015

Et si on tentait la colocation ?

Quand on pense à la colocation, l’image qui prédomine est celle d’étudiants vivant en communauté. Pourtant, depuis quelques années, un nouveau modèle se développe en Europe : la colocation entre personnes âgées. Un concept surprenant qui débarque à Nancy, ce mois-ci, sous la houlette de l’association « Un toit partagé ».
« Mutualiser les dépenses et rompre avec la solitude » : ce sont les principaux objectifs de Yohan Blanche, porteur du projet de cette toute jeune association, « Un toit partagé ». Le concept est simple : proposer à des retraités de plus de 55 ans un nouveau mode de vie. Afin de prévenir l'isolement mais aussi la précarité, l'association se propose de créer des collocations dans des maisons adaptées à la vie en communauté mais aussi aux problématiques du vieillissement et de la perte d'autonomie. « On veut créer une offre alternative aux personnes âgées, pour qu'elles aient le choix de vivre comme elles le veulent. Surtout qu'il y a une vraie demande de la part des retraités, qui sont touchés de plein fouet par la précarité et la baisse du pouvoir d'achat », explicite Yohan qui espère mettre en place 6 habitats de ce genre avant la fin de l'année.
« Vivre seul diminue l'espérance de vie »
« C'est ma grand-mère qui m'a donné cette idée de créer des logements partagés entre plusieurs personnes âgées », dévoile avec le sourire ce jeune Nancéien de 27 ans. Après avoir fait des recherches, il découvre que plus de 250 000 seniors vivent déjà en colocation en Allemagne et en Hollande et que ce mode d'habitation explose également dans des pays durement frappés par la crise, comme en Italie et en Espagne. « Et pour cause, partager les frais et dépenses tout en évitant l'isolement a de quoi séduire. Surtout qu'on le sait, vivre seul diminue l'espérance de vie », rajoute-t-il. Mais le rôle de l'association ne se limite pas à mettre en contact des retraités qui souhaitent essayer la colocation, elle a aussi vocation à accompagner les volontaires dans leurs projets personnels et collectifs grâce à des rencontres et des ateliers. Le but : que la cohabitation se passe au mieux mais aussi que chacun s'épanouisse dans son habitat et dans son environnement. « La retraite, ce n'est pas la fin, c'est le début d'une autre vie. Et c'est pour ça qu'on travaille avec l'Office nancéien des personnes âgées (ONPA) afin de proposer des activités aux futurs adhérents de notre association. Car garder des liens sociaux est essentiel pour briser la solitude », précise avec conviction le porteur du projet. Enfin, « Un toit partagé » a également à cœur « d'aider les seniors à préparer leur futur », pour qu'en cas de soucis de santé ou perte d'autonomie, tout soit prêt et adapté.