vendredi 10 juillet 2015

« Paris-Barbès-Tel-Aviv »

« Paris-Barbès-Tel-Aviv », écrit conjointement par Benjamin Elharrar et Olivier Sauton, est une pièce grinçante aux effets ravageurs et à l’humour décalé au 10e degré.
Antoine, un jeune Français, blanc, tendance fasciste et raciste se voit dans l’obligation immédiate de trouver deux colocataires afin de conserver son appartement. Il se démène pour trouver une solution. Mais quelle solution ? Un jeune Arabe Karim, suivi d’un jeune juif Jonathan sont candidats. Et Antoine ne peut que les accepter, bon gré, mal gré. Et alors, commence une vie à trois qui se transforme très vite en camp retranché dans lequel chacun affiche et défend ses positions, au détriment de l’autre.
Ils y vont fort, très fort... et ça marche ! L’effet exorcisme fonctionne à souhait : ils vont tellement loin dans les clichés, les préjugés, les poncifs les plus éculés sur les Juifs et les Arabes qui sont tellement énormes dans leurs caricatures qu’on ne peut qu’en rire, se moquer, se questionner et revisiter nos propres croyances, nos propres rejets, nos propres intolérances.
Tout y passe, l’Arabe, qui est français et pas balayeur ni vendeur de kebbab ni terroriste mais ingénieur en informatique, le Juif, qui n’est ni avocat ni médecin, et le bon Français facho. Ils diffèrent sur tout et s’empoignent en permanence autour de l’argent, la religion, la Palestine, Israël, les femmes, le football, la France, la Shoah, le sionisme, le terrorisme, etc. Tout va très vite, les jeux de mots fusent comme des balles de tennis, un coup chacun, des amalgames, quiproquos et stigmatisation outranciers se croisent autour d’une vie en commun explosive…
Grâce à l’impertinence et l’audace de ces jeunes comédiens, Benjamin Elharrar, Hicham Benjoudar et Valentin Giard, la pièce, qui pourrait être une farce méchante et raciste devient, par la force de la dérision, de la réflexion et du rire, un joli moment théâtral caustique et percutant qui répond à la grande question : peut-on rire de tout ? « Oui, à condition d’être tous ensemble… » répondent les comédiens.