mercredi 8 juillet 2015

Un projet pour les seniors valides

En héritant de la maison familiale, en centre-ville du Haillan, Brigitte Feigné aurait très bien pu répondre aux sirènes des promoteurs. E mplacement idéal (avenue de la République), grand terrain, une maison de 180 m2, tout pour aiguiser l'appétit foncier. « Pour moi, c'était inenvisageable qu'elle soit détruite, explique-t-elle. C'est la maison où ont vécu mes grands-parents, puis mes parents qui étaient tous maraîchers, je ne voulais pas la voir disparaître. » Un sentiment renforcé par le fait que cette ancienne ferme du tout début du XXe siècle fait partie intégrante du patrimoine haillanais.
Brigitte Feigné s'est alors tournée il y a deux ans vers la municipalité afin de trouver une solution. De la discussion est né le projet de créer en lieu et place de l'ancienne ferme une maison pour accueillir quatre colocataires seniors autonomes. Forte de cette idée, Brigitte Feigné a fait entièrement rénover la demeure afin de la mettre aux normes (pour personnes à mobilité réduite). Quatre grandes chambres, deux salles de bains, une véranda, une buanderie, de vastes parties communes (avec cheminée fonctionnelle), un jardin pour y faire un potager et même un ancien poulailler qui pourrait retrouver son utilité.
Brigitte Feigné s'est adjoint les services d'étudiantes de Sciences Po pour peaufiner le projet et chercher des colocataires. Une première tentative a échoué de peu. « La difficulté, souligne la propriétaire, est de trouver quatre personnes disponibles en même temps et qui s'entendent bien. C'est plus qu'une colocation, c'est un projet de vie commune, basé aussi sur la solidarité, pas seulement la mutualisation de charges comme l'eau ou l'électricité. »
Pour la municipalité, Jean-Alain Bouyssou, adjoint au maire délégué aux solidarités a également apporté son soutien, en organisant notamment des réunions d'information et en aidant à monter le dossier. « Il existe une demande pour ce genre de colocation, mais c'est quelque chose de nouveau en France et les gens sont parfois un peu frileux », commente-t-il.
Loyers modestes
Pourtant, les arguments ne manquent pas, surtout dans une si belle maison parfaitement aménagée et disposant d'un vaste jardin. Côté loyers, ils sont plafonnés et les futurs locataires, qui pourront bénéficier des APL, ne débourseront pas plus de 300 ou 350 euros mensuels suivant la taille de la chambre.
Renseignements complémentaires auprès de Brigitte Feigné au 06 88 74 64 82.