samedi 18 juillet 2015

Une demande de colocation accrue chez les 40 ans et plus

La colocation est un phénomène très répandu chez les jeunes en quête de logements abordables durant leurs études ou tout simplement pour acquérir de l’autonomie. Depuis 2012, une autre catégorie de colocataires est apparue et semble défier toutes les statistiques. Ce sont les personnes de plus de 40 ans dont l’effectif, selon appartager.com (un site pionnier dans la colocation), a augmenté de 43 % en 2 ans.
Une répercussion de la crise immobilière
Le prix du loyer est la principale raison qui pousse les Français à se loger en colocation. Cela touche généralement les 18/25 ans n’ayant pas les moyens de louer un studio de 800 € (en moyenne à Paris). La colocation leur permet d’abaisser le montant de leur loyer. Les plus de 40 ans saisissent eux aussi cette opportunité qui réduit leur loyer de 200 à 300 €, ce qui est très avantageux en ces temps de crise.
Selon le site incontournable appartager.com, le nombre des « quadras » en demande de colocation a augmenté entre 2012 et 2014, avec un taux significatif de 43 %. Fanny Dolo, la responsable du développement du site appartager.com, a confirmé que cette invasion résulte de la flambée des loyers dans les grandes villes. Elle a également ajouté une autre raison inhabituelle : celle d’avoir une adresse dans une grande ville la semaine pour rechercher du travail et rentrer chez soi le week-end. Cela permet en effet d’augmenter ses chances d’embauche auprès des recruteurs.
Les autres raisons évidentes
La forte demande de colocation peut aussi être due à d’autres raisons spécifiques : licenciement, divorce, etc. Des situations qui engendrent inévitablement une baisse de revenus, et donc la difficulté à s’acquitter de loyers « normaux ».
La colocation est ainsi devenue un refuge, un petit recul avant un nouveau départ, notamment pour les salariés en CDD qui espèrent un CDI. En effet, une colocation est préférable pour eux dans l’attente d’une embauche future.
En mars 2014, une enquête du CSA a révélé qu’un Français sur 6 a déjà eu recours à la colocation. Cette situation est d’ailleurs cadrée par de nombreuses réglementations, notamment en termes d’assurance habitation. En effet, il est impératif de posséder une assurance habitation pour un logement en colocation. Les colocataires ont l’obligation de la justifier auprès du propriétaire. Le minimum requis est un contrat d’assurance habitation contre les risques locatifs incluant l’incendie, le dégât des eaux, etc.